Rééducation du périnée et incontinence urinaire : quels traitements ?

Rééducation du périnée et incontinence urinaire : quels traitements ?

Toutes les nouvelles mamans après leur accouchement ressortent de la maternité avec une prescription de rééducation du périnée. Ce muscle qui englobe et supporte les organes génitaux de la femme, s’ouvre très largement pour faire sortir le bébé. En général, en fonction des facteurs de risque liés à l’accouchement et des femmes, le périnée récupère plus ou moins sa fonction. Dans le cas contraire, le risque d’incontinence urinaire est très élevé. Il existe différentes solutions comme celles proposées par Incontinence-protection.com afin de permettre à ce muscle de retrouver sa tonicité.

Réaliser des exercices même avant l’accouchement

Il vaut mieux prévenir que guérir. En effet, l’idéal serait d’intervenir avant que le problème ne survienne. D’où la nécessité d’une rééducation préventive. Ainsi, la future maman doit pour cela apprendre à surveiller ce muscle. Durant les cours de préparation, elle devra suivre de nombreuses consignes, notamment le relâchement du périnée pour pouvoir éviter toute lésion pendant l’accouchement. Le médecin procède à une évaluation des muscles périnéaux tout au long des visites post-natales, qui en général ont lieu six semaines suivant la naissance. Des séances de rééducation sont alors prescrites par celui-ci en cas de soucis.

Deux options s’offrent à vous, la rééducation passive ou active

Un travail manuel est de mise avant de procéder aux différentes séances. Ainsi, il arrive où un toucher vaginal est réalisé pour l’évaluation et la stimulation de chaque muscle du périnée. L’objectif ici est d’apprendre à contracter son muscle avant de faire un effort optimisant ainsi sa résistance face à une pression abdominale. Il faudra alors réaliser des contractions au niveau des muscles recouvrant le vagin, notamment le muscle soutenant l’anus. Il y a également la technique du bio-feedback désignant en français rétrocontrôle. Cette méthode permet, grâce à une sonde vaginale combinée à un signal visuel ou sonore le relâchement et la contraction. En cas d’échec, l’électro-stimulation reste une autre alternative.

Traiter les fuites urinaires grâce à une stimulation magnétique

Venant tout droit des États-Unis, cette technique est de plus en plus démocratisée en France. Communément appelée une rééducation dans un fauteuil, cette méthode se différencie des autres, car il n’est pas nécessaire d’introduire une sonde dans le vagin. D’ailleurs, la femme n’a pas besoin d’enlever leur vêtement. Effectivement, sur son fauteuil, on envoie des stimulations magnétiques pour déclencher des contractions. Les résultats seront d’autant plus remarquables en alliant ce traitement avec les exercices de Kegel. Soulignons par ailleurs que cette technique est uniquement réservée aux femmes souffrant d’une fuite urinaire de faible ou moyenne intensité. Sachez qu’on peut parfaitement l’associer avec la méthode dite de bio-feekdback, mais requiert alors l’introduction d’une sonde. Notons pour finir qu’avec ces différents traitements, il est recommandé de toujours demander l’avis de votre médecin.

Véritable passionnée par la santé, je vous propose un condensé des meilleures pratiques actuelles, informations santé à ne pas rater, et conseils en tous genres pour bien se porter.

Autres articles associés